allondon

21/06/2017

La République en marche "arrière".

Comme par hasard les seuls ministres à "devoir" démissionner son issu du Modem. Le Roi Macron n'a plus besoin d' allies "encombrants", il est au pouvoir. Le Président savait bien avant de l'être que l'équipe du Modem n'avait pas les mains très propres mais cela ne l'a pas empêcher de s'allier à eux. En bon monarque il utilise ses sujets quand il en a besoin et s'en "sépare" quand leur présence devient gênante. Tous ça au nom des grands principes évidement. Mais ne vous faites pas de souci pour eux ils sont recyclés à l'assemblée nationale à des postes à hautes responsabilité auxquels ils bénéficient d'immunités parlementaires. C'est une république en marche "arrière" qui nous est venue.

16/06/2017

L'antidémocratie comme système politique.

Les partis de gauche de de droite n'ont eu que ce qu'il méritent. Cela fait des décennies qu'ils refusent d'instaurer la proportionnelle pour faire barrage au FN et bien cette fois ça c'est retourné contre eux. Tous ces beaux parleurs qui disent qu'il faut respecter les adversaires politique quel qu’ils soient on fait perdurer une situation antidémocratique qui ne respecte pas le peuple qui vote FN. La République en marche "arrière" va leur faire sentir combien l'injustice de leur choix passé est douloureuse sauf bien sur pour tous les rats qui ont déjà quitté le navire pour aller se mettre à l'abri le nouveau futur radeau de la méduse.

 

12/05/2017

La France en marche...arrière.

Pour ceux qui avait encore des doutes sur l'honnêteté politique de Macron les premiers choix du dauphin va les rassurer.

Il ne soutiendra pas l'élu France en marche qui pourtant avait fait campagne pour lui à d'Evry pour laisser le champ libre à Vals, il snobe le Modem qui lui a pourtant permis d'être élu, il se cherche un premier ministre à droite faisant fi du soutient d'une grande partie de la vraie gauche.

Ce mouvement ressemble de plus en plus à un club d'échangistes dans lequel même une chienne ne retrouverait pas ses petits.