allondon

08/08/2016

Jésus n'est pas mort.

Tel un liquidateur de société le Pape François est en train de rendre le christianisme islamocompatible. L’église nous dit par sa voix d'aimer tous le monde y compris nos ennemis. A ma connaissance le suicide n'est pas admis par l'église, alors pourquoi prône-t-elle un suicide collectif. Jésus lui-même n'a t il pas condamner les pharisiens et les spécialistes de la loi pour leur hypocrisie. Prôner la non violence ne signifie pas devoir se sacrifier pour ne pas avoir à se battre. L église telle qu'elle existe est le fruit de conquêtes et de reconquêtes au fil des siècles. Le christianisme n'est peut être pas la meilleure des religions mais il est comme disait l 'illustre historien Henri Guillemin; "la moins mauvaise". En vertu de quoi le Pape François s'autorise-t-il à en faire un cocktail avec l'slam qui considère les chrétiens comme des mécréants qu'il faut convertir de gré ou de force ou les soumettre tel des sous-hommes. Je suis chrétien et je m'efforce d'aimer mon prochain mais je n'irai pas jusqu'au sacrifice de ma vie ou de mes libertés par conviction religieuse. Je me battrai pour elles contre obscurantisme. 

Commentaires

Des recherches voir G. Messadié, Jésus de Srinagar, donnent à penser que Jésus ne mourut pas en croix et que ne sachant plus quoi croire lui-même il s'en alla en Inde approcher d'autres croyances.

Ce fut le bouddhisme qui le toucha le plus.

On observe que, bien avant ces recherches contemporaines de très nombreux chrétiens se sont tournés eux aussi vers le bouddhisme.

A nous lutter pour préserver "activement" nos libertés, le protestant tellement important libre-arbitre. De même libre-pensée, agnosticisme, athéisme ou bouddhisme.

Laïcité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/08/2016

Des recherches actuelles, voir G. Messadié, Jésus de Srinagar, donnent à penser que Jésus ne mourut pas en croix.

Ne sachant plus lui-même où il en était il partit en Inde approcher d'autres croyances.
Ce qui fait bien de lui ce qu'annoncé: vrai homme.

Ce fut le bouddhisme qui l'emporta.

A nous de préserver "activement" nos libertés religieuses, la laïcité ainsi que le très important libre-arbitre protestant.

Nul n'est obligé de suivre le pape François lequel, contrairement à ce que lu sur un blog, lignes d'un commentateurs, jésuite, le pape est très au courant des thèmes qu'ils aborde y compris concernant l'islam.

Le coran, nous dit-on, en et pour nos pays, sera relu et revu.

Mais quid Arabie Saoudite ou Qatar?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/08/2016

C'est une véritable hécatombe qui nous est promise, là ...

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 08/08/2016

Le président Chirac avait en son temps dénoncé ces musulmans "de France" en demandant que les musulmans du pays s'annoncent "Français, de confession musulmane"!

Un délégué de l'Arabie saoudite responsable aux Droits de l'homme à l'ONU?

Arabie saoudite comme Qatar: esclavage, peine de mort, tortures.
Statut indigne des femmes.

Il se trouve que le fils aîné d'Abraham, par l'esclave Agar, ne fut pas Isaac ("il rit") mais bien Ismaël ("il pense").

Toutefois c'est en observant Juifs et chrétiens ("englober puis dépasser"!en fait de projet) que Mahomet créa l'islam aujourd'hui pas d'un pays ou d'un autre mais comme le catholicisme, le protestantisme ou le bouddhisme: l'islam.

Pour en finir avec tant de problèmes vu la racine commune aux trois religions pourquoi pas n'en faire qu'une seule harmonieuse religion "catholique" non du Vatican mais catholique en son sens UNIVERSEL? Paix (SHALOM) aux hommes (et aux femmes) de bonne volonté.

Pour nos enfants quelle époque (attentats, injustices comme démêlés à n'en plus finir entre religions...à quel Saint, c'est le cas de le dire, se vouer!? Parti pris, préjugés, "identités"!?)

Quant voudra-t-on enfin rendre à nos enfants leur insouciante gaieté avec confiance en la vie sans en classe, déjà, selon les uns et/ou les autres se regarder avec méfiance, soupçons entre "sournois limités" à l'image d'un monde dit "adulte"!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/08/2016

Vous avez publié mes lignes, Norbert Maendly, je vous en remercie souhaite publiquement vous dire pourquoi.

Il s'agit des années septante. J'étais alors à Karlsruhe en prenant des cours en tant qu'auditrice à l'Université quand, un après midi, en sortant, deux hommes jeunes m'accostent en m'annonçant que je participerai à l'introduction de l'islam en nos pays.

Je n'en crus pas un mot.
Il va de soi.

Rentrée chez mes hôtes mis au courant... comme l'un de mes interlocuteurs m'avait dit se nommer Mustafa nous entonnâmes une chanson célèbre d'alors: Ya Mustafa Chéri je t'aime, chéri je t'adore...

En "1969" un grand choc dans ma vie. S'ensuit toute une démarche et, entre autres, ces lettres commentaires précédents allant dans le sens de ce qu'annoncé.

Il ne s'agit pas de moi.

S'il y a prophétie, non la mienne, celle de ces deux hommes.

Ce qui revient à dire que s'il y a prophétie tant Bible que Jésus l"inspiré" on ne voit pas qui se permettrait d'affirmer que pour notre époque (je ne parle pas de moi) la prophétie ou Révélation par l'islam, cette fois, ne se poursuivrait pas, ne s'accomplirait pas..

Mais non et non aux cruautés barbares de l'Arabie saoudite comme du Qatar.

L'absolution qui viendrait des pétrodollars étant dès l'Ancien Testament condamnée (Mammon comme veau d'or).

"On ne peut choisir deux deux maîtres"(Evangiles")

.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/08/2016

C'est très intéressant, ma chère Myriam. Vous supposez donc que Jésus est devenu bouddhiste lorsqu'il a pris sa retraite. Mais qu'en est-il de la vierge Marie, sa sainte maman. Comme toutes les mères juives, j'imagine qu'elle ne le laissait pas seul cinq minutes. Donc, elle a dû l'accompagner à Srinagar... Vous ne pensez pas ? Et donc la sainte vierge aussi s'est convertie au bouddhisme et à l'usage des robots Moulinex, qui devaient bien lui simplifier la vie. Gérald Messadié (qui soit en passant choisit toujours des cravates dégueulasses) vous a-t-il donné des détails ? Vous qui le connaissez depuis l'enfance ?

Écrit par : Srinagogo | 09/08/2016

Srinagogo (si seulement whisky et... petites pépées...!

J'ai "eu lu" que Marie en effet accompagna Jésus et que l'on trouve des traces d'un tel passé.
Passé qui est passé.

Historiquement on ne sait pas véritablement grand-chose (resterait à connaître les archives juives le concernant) mais la situation fils/mère évangélique n'est pas franchement meu meu quand "elle (sa mère, Marie) vient pour le voir et qu'il ne veut pas la recevoir"!
Ayez des enfants...!!

Faut-il comprendre par Marie incarne le judaïsme en sa tradition?

Laquelle est parfois revue et corrigés, remise au goût du jour, adaptée aux circonstances socio-économiques, notamment ("sépulcres blanchis", "sclérosés de cœur") grande misère, alors en partie due aux "gens du Temple" qui accablent d'impôts les paysans de Galilée lesquels les détestent en même temps que les "gens du temple" n'apprécient pas ces paysans qui interprètent les Ecritures à leur gré et convenance.

Il est à noter la tendance chrétienne consistant à ne vouloir jamais remettre en question les faits et gestes de Jésus (ce qui n'a rien à voir avec ce qui pour les faits ne serait pas certain, historique). On parle situation.
La réponse chrétienne est que du moment que c'est Jésus c'est parfait. Par exemple, insinuer que ce n'est peut-être pas que Jésus en fait n'a pas voulu recevoir sa mère mais que particulièrement fatigué il s'était endormi ce que les disciples avaient dit à Marie qui aurait répondu de ne pas le réveiller, surtout, qu'elle reviendrait une autre fois. Cette interprétation mettrait en joie nos bons pratiquants.

Une autre remarque pourrait être moins bien reçue.

En entendant raconter comment Thomas doit mettre ses doigts dans les stigmates de Jésus pour croire qu'il est mort et ressuscité:

- Heureusement que Jésus n'as pas eu affaire à moi!

- Ah! oui et pourquoi?

- Parce que moi je lui aurais dit: "Rabbi, je vois que tu as été crucifié, certes, mais... mort puis ressuscité!?

Le récit de la Passion n'apporte-t-il pas en revanche un exemple de synchronicité (voir Jung, entre autres) puisque c'est au moment où l'on va lui briser les membres que le temps étant fort à l'orage Jésus donnant l'impression d'être mort on renonce à cette intervention qui lui aurait valu ensuite d'être jeté dans le Val-de-Hénon (soit la Géhenne)!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/08/2016

"Tel un liquidateur de société le Pape François est en train de rendre le christianisme islamocompatible"
Me faut des explications, des exemples.

Je pense que vous comprenez très bien qu'en jugeant les gens selon leur religion, vous n'avez rien de chrétien. Vous vous en prenez au pape pour mieux assumer cette contradiction entre l'enseignement de Jésus, puisque vous vous définissez comme chrétien, et votre opinion sur des personnes de confession musulmane.

Dieu juge ce qui est en nous, pas la religion ou la couleur des cheveux.
Nous sommes tous des enfants de Dieu, même ceux qui ne sont pas chrétien. Nous n'avons pas à être défini selon la religion.
Et si certaines religions font cette différence, ce n'est pas la nôtre.

Si vous êtes croyant, alors Dieu vous jugera, notamment pour avoir fait appel à lui pour haïr les gens d'une autre religion, ses autres enfants.

Bref, vous les politiciens, occupez-vous de vos affaires, et ne mêlez pas les chrétiens dans vos combines, surtout lorsque vous êtes en opposition de la philosophie de Jésus.

Écrit par : motus | 09/08/2016

Jésus ne se cachait pas derrière un pseudo.

Écrit par : norbert maendly | 09/08/2016

Norbert maendly,


Comment affirmez-vous que Jésus ne se cachait pas derrière un pseudo?


S'il y a "le" messie d'autres messies (Jésus et Israël, Jules Isaac, Fasquelle) sont chefs de guerre ainsi lorsque Pierre dit qu'il reconnaît le messie il faudrait penser à se demander de quel "messie" on parle car les réseaux de résistance de tous temps en l'occurrence celui de l'occupation romaine ont toujours des chefs ("messies") que leurs hommes ne connaissent pas. Pendant la seconde guerre mondiale l'un de mes proches engagé dans un tel réseau changea plusieurs fois de noms en ne portant même à l'occasion qu'un seul prénom.

Les évangiles donnent à penser que Jésus était le Messie attendu.
Reste à savoir pourquoi l'aristocratie et les gens du Temple ne l'ont pas reconnu.
En lecture on note que le Grand-Prêtre traite Jésus d'imposteur car Jésus ne porte pas sur lui les traces de grande misère ou souffrance annoncées par les prophètes mais reste à savoir si, après crucifixion, s'il le fut, il ne portait pas ces signes.

Crucifié s'il le fut car le coran indique que Jésus ne fut pas crucifié mais Simon de Cyrène obligé de porter non la croix de Jésus, les condamnés ne portaient que l'une des deux poutres l'autre étant en terre au Gogotha. Au moment, précise le coran (notes) où Simon le décharge de la poutre ainsi délivré Jésus s'enfuit et c'est, selon le coran, Simon de Cyrène qui aurait été crucifié à sa place.

Ce qui, avouons-le en cas de vérité "historique" changerait la donne.


On observe qu'en lisant les Evangiles par soi-même aujourd'hui on peut par recherches ou approches passer, entre autres, de Françoise Dolto à... Agatha Christie.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/08/2016

Norbert Maendly,

- "Jésus ne se cachait pas derrière un pseudo."

Vous seriez étonné du nombre de non-musulmans qui ne sont pas d'accord avec vous.

http://www.bible-ouverte.ch/faq/faq-theme/qr-dieu-jesus-le-saint-esprit/2431-reponse-216.html

Écrit par : Chuck Jones | 10/08/2016

Comment expliquer le fait que celui qui selon l'annonce faite à Marie devait s'appeler Emmanuel est connu sous le non de Yéshoua allias Jésus?

Pourquoi les disciples sont-ils armés?

Il est vrai que vu la misère, un peu comme nos brigands du Jorat, des brigands de grand chemin attaquaient les voyageurs par le fait appelés à porter sur eux de quoi se défendre.

Au moment de son arrestation Jésus demande à Pierre de remettre son épée dans son fourreau (mais s'il s'agissait d' une image l'épée de Pierre en son fourreau pourrait-elle être la langue de Pierre criant des insultes à qui s'en prend à Jésus au point de lui "trancher" c'est-à-dire "casser" l'oreille? Jésus demandant alors à Pierre de remettre son "épée" dans son "fourreau" c'est-à-dire de se taire (non entre gens de bonne compagnie nous oserions dire que Jésus demande à Pierre de fermer sa gueule ou de la "boucler")! puis rétablissant l'oreille "tranchée" en disant au serviteur de quoi l'apaiser.

Il est indispensable de lire LES SECRETS DE L'EXODE par Messod et Roger Sabbah (la pastorale connaît cet ouvrage mais n'en souffle mot aux "moutons" ou "ovins" (fidèles, paroissiens).

Il n'y a pas forcément que le coran qui mériterait d'être revu et corrigé (sans oublier cette lapidation qui vaut à la femme adultère le péril encouru si Jésus n'arrivait à temps.
L'un des Ramadan en un article au Monde précisait que si Jésus a sauvé sa vie à la femme adultère en revanche lui, Jésus, n'a pas condamné la lapidation.

La raison pour laquelle les premiers musulmans en leur ignorance prétendirent que les "Juifs ne savent pas lire leurs Ecritures" est en ce livre quoique sans forcément nommer les musulmans, révélée.

La Bible doit être déchiffrée, décodée, décryptée.

Ainsi révélé d'après les deux auteurs cités ceux qui quittent l'Egypte entraînés par Moïse sont les prêtres égyptiens qui n'acceptent pas le retour du culte du dieu pluriel Amon. Ils doivent quitter l'Egypte pour se rendre en un territoire (la terre promise) alors géré par l'Egypte. A ces égyptiens se joignent les Hébreux ainsi que "toute une tourbe"!

Parvenus à bon terme ils constatent que des ressortissants de nombreux pays habitent ce territoire y compris des juifs.

En exil, plus tard, connaissant l'antipathie de Babylone à l'encontre des Egyptiens... en évoquant leurs souvenirs... les pharaons deviendront les patriarches et le grand fleuve, le Nil, l'Euphrate.

Messod et Roger Sabbah, à ma connaissance (?) n'ont pas été attaqués à propos de leur ouvrage.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/08/2016

Les commentaires sont fermés.