allondon

08/08/2016

Quand le Turc mène l'Europe se tend.

Erdogan organise l'invasion de l'Europe. Il sait que son pays ne remplira jamais les critères de son adhésion à l'Europe.

Il a essaye de faire croire aux européens que la Turquie pouvait être une vraie démocratie mais au fond de lui il n'a jamais cessé d'espérer être le nouvel empereur ottoman.

Il est en voie d'y parvenir tant le putsch manqué lui a donné aux yeux des turcs qui historiquement et culturellement ont toujours été dirigés par des hommes "forts" une légitimité à le devenir.

Il brandit la menace de laisser passer tous les migrants parce qu’il sait que l'Europe est incapable politiquement à cause de ses "grands principes" et physiquement à cause de l’inexistence de moyens suffisants de s'y opposer.

Erdogan met l'Europe au pied du mur.  Les dirigeants européens plus habitués à manipuler leurs électeurs qu'a négocier face à un fin stratège ne font que subir tant ils sont préoccupés plus par leurs économies que par le sentiment de perte d’identité de leurs peuples. Le Grand turc ne s'embarrasse plus à l'interne de l’opinion de ses adversaires puisqu'elle lui est désormais  acquise de gré ou de force.

Le dictateur sait sublimer le sentiment patriotique de son peuple dont une partie non négligeable est prête à donner sa vie pour celui qui le symbolise. Il emprunte à la religion dominante sa caractéristique absolutiste pour s'en servir à dessin.

L'Allemagne tête de pont de l'invasion turque ne sait plus comment gérer son allié historique pour ne pas s'en faire un ennemi occupant.

Les anglais ont pris le large comme à l’accoutumé pour pouvoir mieux tirer leur épingle du jeux et les français empêtrés dans leurs contradictions migratoires ne savent à quels saints se vouer.

Le Sultan va aller chercher chez son ami d'occasion le soutient qu'il ne trouve pas auprès des européens. L 'ours ne manquera pas d'y trouver le miel dont il se délecte.

S'il fallait apporté une preuve tangible que l'Europe n'existe que dans les livres de comptabilité, c'est fait.

L'Europe politique n’existe pas et ses membres seraient bien avisé de remettre en place leurs frontières avant que des vague migratoires autrement plus violentes ne l’aborde.

 

 

 

Jésus n'est pas mort.

Tel un liquidateur de société le Pape François est en train de rendre le christianisme islamocompatible. L’église nous dit par sa voix d'aimer tous le monde y compris nos ennemis. A ma connaissance le suicide n'est pas admis par l'église, alors pourquoi prône-t-elle un suicide collectif. Jésus lui-même n'a t il pas condamner les pharisiens et les spécialistes de la loi pour leur hypocrisie. Prôner la non violence ne signifie pas devoir se sacrifier pour ne pas avoir à se battre. L église telle qu'elle existe est le fruit de conquêtes et de reconquêtes au fil des siècles. Le christianisme n'est peut être pas la meilleure des religions mais il est comme disait l 'illustre historien Henri Guillemin; "la moins mauvaise". En vertu de quoi le Pape François s'autorise-t-il à en faire un cocktail avec l'slam qui considère les chrétiens comme des mécréants qu'il faut convertir de gré ou de force ou les soumettre tel des sous-hommes. Je suis chrétien et je m'efforce d'aimer mon prochain mais je n'irai pas jusqu'au sacrifice de ma vie ou de mes libertés par conviction religieuse. Je me battrai pour elles contre obscurantisme. 

04/08/2016

Encore un déséquilibré.

Un déséquilibré norvégien d'origine somalienne vient de poignarder plusieurs personnes au cœur de Londres. Il ne s'agit, selon les autorités de londoniennes en qui ont peu avoir toute confiance, pas d'un acte terroriste.

On pourrait trouver ça drôle si ce n'était la triste réalité.