28/01/2017

Il y a la France qui gagne et la France qui pue.

Ce n'est pas un président qu'il faut à la France c'est une Super Nanny. Les électeurs de gauche trouvent que la gauche n'est pas assez à gauche et les électeurs de droite trouve que la droite n'est pas assez à droite. Pendant ce temps Macron tire les marrons du feu lui qui prétend n'être ni de gauche ni de droite. C'est la politique du ni ni. La vrai difficulté dans un pays ou les vrais faux culs se disputent le pouvoir avec les faux vrais cons la perspective d'un réel changement ne semble pas vraiment se dessiner.

Ce qu'il faut à la France c'est une Super Nanny

Super Nanny va reprendre le contrôle de la maison en faisant garder les barrière du jardin et en n'y lassant plus entrer n'importe qui. Super Nanny va faire cesser le racket du clan des Bruxellois sur la famille France qui n'arrive plus à "payer".

Super Nanny va remettre de l'ordre dans les chambres de la maison ou les parents n'osent plus aller car des petits caïds y font la loi.

Super Nanny va réapprendre le respect aux enfants l’honnêteté aux parents et le français à tous ceux qui veulent faire partie de la famille. 

Super Nanny va réapprendre aux membres de la famille France à aimer la famille  à ne plus la dénigrer et à ne plus se laisser insulter par  ceux qui vivent à ses crochets.

Super Nanny va redonner à la famille France sa dignité sa confiance en elle et son rayonnement millénaire. 

Super Nanny va mettre aux ordures les tricheurs les menteurs et les profiteurs qui prétendent agir dans l'intérêt de la famille alors qu'il s'engraissent sur son dos.

Super Nanny va faire que la France qui gagne sente bon.

Et si Super Nanny s’appelle Marine, ça me va.

 

 

 

27/01/2017

La démocratie, cette orpheline de religion.

La démocratie n'est pas tant le fruit de la volonté des hommes de décider eux même de leur avenir que de l'affaiblissement de la religion chrétienne. Le 19è et le 20è siècle ont vu s'affaiblir le pouvoir du religieux sur la société au point que les hommes décidèrent de leur avenir sans l'avis des religieux. Il en découla une loi dite sur la laïcité qui devait mettre sur pied d'égalité tous les hommes quelle que soit leur croyance mais surtout d'exclure de la politique le pouvoir religieux. Fort bien mais après s'être émancipés avoir accordé aux femmes les même droits qu'aux hommes permis l'expression de toutes les philosophies et l'avènement de toutes sortes d'émancipations la société occidentale se trouve sans repaires. Elle est pourtant l’héritière a part entière du christianisme. Comment pourrait - elle nier cet héritage qui fait partie de son ADN ? A force de vouloir nier cette évidence la société occidentale fait le lit d'une autre religion qui ne souffre d'aucun complexe. L'islam arrive en force avec sa doctrine intransigeante une démographie galopante des violences physiques et morales à l'adresse des insoumis et une capacité caméléonique à se fondre dans le flou des lois sur laïques mettant à son profit l’ambiguïté de leurs textes. A terme si les héritiers du christianisme n'opèrent pas un retour salutaire dans leurs églises elles vont disparaître en tant que telles et deviendront des lieux de cultes musulmans. L'islam ne se contentera pas d'occuper les lieux il imposera sa doctrine à tous les "démocrates" comme il a déjà commencer à le faire dans les écoles les prisons les rues et certaines villes d'Europe. Plus de porc pour personne à Champ d'Ollon, plus de crèches de Noël dans les écoles, plus d'interdiction de d’investir des lieux publics le visage dissimulé, des mains de femmes qu'on ne serre plus, des médecins qu'on disqualifie à cause de leur sexe, des humiliations à l'égard des femmes, des incitations financières pour ceux qui se convertissent de manière ostentatoire, des menaces sur les lieux de travail à ceux qui ne se conforme pas à la règle religieuse, des migrants dont on entretient les deux voir trois femmes et leur multitude d'enfants chez nous. A quand les tribunaux de la charia comme en Angleterre ou la police du même nom comme déjà vu en Allemagne. La laïcité ne nous protège pas de l'islamisme elle nous empêche de rester les enfants de la chrétienté. 

Nous devons retourner dans nos églises pour renforcer nos valeurs chrétiennes redonner vie à nos magnifiques édifices religieux et porter haut notre étendard, la croix qui nous unis depuis deux mille ans et qui nous a si souvent sauvé des ténèbres.

Trump l'a bien compris et ce n'est pas un hazard s'il s'incline devant le pouvoir  religieux, mais pas n'importe lequel. Il sait qu'une société sans religion est comme un corp sans âme. Il veut redonner confiance à l’Amérique qui la perd peu à peu avant qu'elle ne devienne une proie facile.  Que Trump sauve l'Amérique ! Marine la France et Blocher la Suisse.

 

26/01/2017

Doris, Madona, même combat

Doris Leuthard s'est encore distinguée lors de l'émission infrarouge en qualifiant le Président Trump d'apprenti en politique.

Il est vrai que les USA ne sont que 200 fois plus grands que la Suisse et que leur PNB n'est que 50 fois supérieur au notre ce qui à l’évidence ne semble pas inspirer à Mme Leuthard la moindre modestie. 

Espérons que Mr Trump ne soit pas rancunier car son prédécesseur qui lui n'était pas un apprenti en politique à mis à genoux notre système bancaire sans que Mme Leuthard experte en politique n'ait pu y faire quoi que ce soit.

Dans mon enfance j'ai eu la chance de fréquenter des jeunes filles suisses allemandes pas toujours très futées mais qui heureusement pour moi faute d'être Présidentes  de la Confédération possédaient d'autres talents... 

Notre démocratie à ceci de rassurant  que même si vous n'êtes pas très malin vous pouvez toujours nourrir l'espoir d'être un jour élu Conseiller fédéral, ce qui n'est pas aussi évident en ce qui concerne l'accession à la présidence des USA.

Mme Leuthard devrait s'en aviser avant de s'exprimer en tant que chef d' Etat.

Elle suit la mode comme toute les femmes qui est en ce moment de ridiculiser Monsieur Trump, en cela elle me fait penser à Madona, leurs Q.I. ne sont peut être pas aussi éloignés qu'on pourrait le penser.