14/04/2017

Une femme face à Erdogan

La seule personne qui ose vraiment s'opposer à l'apprenti dictateur est une femme. Le symbole est fort pour celui qui veut imposer l'islam à tous ses "sujets" voir à tout le continent européen.  Comme chez nous les hommes font souvent preuve de couardise face à la volonté des despotes d'imposer d'une manière ou d'une autre leur pouvoir.

Quelle admirable personne que cette femme insoumise, ancien ministre, qui connaît si bien son adversaire qu'elle sait parfaitement comment lui barrer la route. Elle ose dire haut et fort la vérité au peuple. 

Personne dans cette Europe dirigée par des lâches n'ose lui apporter le soutient qu'elle mérite. J'espère que son courage ne lui sera pas néfaste.

Commentaires

Les turcs sont venu à Lyon au nombre de vingt mille "supporter" leur équipe, ils ont acheté des bombes agricoles et se sont armés de toutes sortes de projectiles, ils ont forcé le contrôle à l'entrée ont envahi le stade fait fuir les supporters lyonnais et sont repartis comme ils étaient venus sans avoir été arrêtés. Le club lyonnais conseille à ses supporters de ne pas se rendre en Turquie pour assister au match retour.
Pensez-vous vraiment que nos états dit démocratiques soit vraiment en mesure de résister à des soulèvement communautaristes sur leurs propres sols ?

Écrit par : norbert maendly | 14/04/2017

Elle est très courageuse car pour mettre Ko un adversaire souffrant de crises de paranoia crises qui semble devenues moteur pour de nombreux politiciens faut vraiment être prête à tout
On ne peut que croiser les doigt pour qu'elle arrive à ses fins
je les attire donc je sais de quoi je parle et je sais aussi qu'il faut savoir utiliser nombre de parades pour éviter d'être leur marionnette préférée
On ne peut donc qu'admirer son courage à la limite de l'inconscience

Écrit par : lovejoie | 15/04/2017

norbert maendly, certes. Et sinon, vous connaissez le nom de cette admirable opposante?

Écrit par : divergente | 15/04/2017

Cette femme s’appelle Meral Aksener elle était ministre de l'intérieur, c'est la bête noir d'Erdogan.

Écrit par : norbert maendly | 15/04/2017

ainsi vous parlez de la "dame de fer" turque - mais quel argument pour dépeindre si positivement son opposition à Erdogan ? On sait qu'Aksener est une nationaliste d'extrême droite, s'est opposée au processus de paix engagé avec les kurdes, est contre toute indépendance ou séparation kurde. On sait que son ambition n'est pas de s'opposer à Erdogan (cf son refus de former 1 coalition au lendemain des élections parlementaire 2015), mais de prendre sa revanche sur le chef du MHP, en devenir le chef - récupérer les insatisfaits de l'AKP, pendant que les 2 (Aksener & Bacheli) s'efforcent à un semblant d'évolution démocratique


Meral Aksener, historienne et oratrice douée surnommée The Iron Lady, fut évincée du parti ultra-nationaliste MHP par son chef, à qui elle faisait un peu d'ombre
Veut sa revanche contre Bahceli, et plus si affinités
http://www.ataturquie.fr/la-turque-meral-aksener-cauchemar-derdogan/


Le MHP est un parti de l'ultra-droite nationaliste aux nombreux membres maffieux etc. dont le chef, surnommé Mr. No, est également chef des "loups gris"
(maffia turque hyper active à l'étranger, composée d'assassins, égorgeurs, incendiaires, tristement célèbres),
combat férocement l'indépendance kurde, reste minoritaire au parlement turc
http://fr.euronews.com/2015/10/28/l-extreme-droite-turque-les-nationalistes-du-mhp-troisieme-force-politique-du

Cette politicienne nationaliste d'ultra-droite se débat dans un milieu de luttes d'ambitions entre conservatifs islamistes & les ultra nationalistes pour les mêmes raisons que les autres: le pouvoir
et ne présente pas le profil (à mon humble avis - construit sur ce que j'ai connu des meurtres etc des loups gris contre civils turcs à Berlin), de la courageuse combattante d'opposition démocratique que suggère la note de norbert maendly

http://www.middleeasteye.net/news/turkey-s-she-wolf-meral-aksener-future-centre-right-1329708975

Regrettable que les turcs de l'étranger, qui ont automatiquement profité des hauts standings de leurs pays d'accueil pour se hisser, d'analphabètes, à des niveaux de vie qu'ils n'auraient jamais atteint en restant sans travail "au pays",
et qui par ailleurs ont grandement contribué à l'évolution économique (dont Erdogan s'attribue faussement les mérites) de leur pays,
soient restés 3 générations ou 30 ans plus tard, incapables de contribuer à son évolution démocratique, incapables de sortir de cet ultra-nationalisme exclusif

http://www.ataturquie.fr/turquie-comment-erdogan-islamise-la-societe/

Écrit par : divergente | 16/04/2017

Face à un requin ce n'est pas un poisson rouge qu'il faut. Askener ose s'opposer à Erdogan et est une femme qui défend la laïcité. Quelle soit d’extrême droite ne me dérange pas c'est moins pire que le totalitarisme islamiste. Tout est bon pour arrêter le mégalo.

Écrit par : norbert maendly | 16/04/2017

Vous avez raison pour l'intérêt du rôle qu'elle joue même si par ambition personnelle, mais elle n'est pas la seule à "oser" l'opposition. Ce qui me dérange ici est pourquoi la hisser sur un piédestal: "Quelle admirable personne que cette femme insoumise"?

Quand en fait le vote d'aujourd'hui ne porte que (semble que les votants n'aient aucune explication sur le "choix") sur le 'oui' ou 'non' à Erdogan.

article du seul journal satyrique turc survivant:
http://www.notretemps.com/accueil/oui-ou-non-la-turquie-dechiree,i138313

Écrit par : divergente | 16/04/2017

A Genève comme toujours on a reçu les "meilleurs" ou plutôt on a pas su leurs apprendre la démocratie.
La diaspora turque en Suisse a voté à 65% contre le référendum d'Ergogan alors qu'à Genève elle l'a soutenu à 55%.

Écrit par : norbert maendly | 17/04/2017

"on a pas su leurs apprendre la démocratie" - non, cela n'a rien à voir

NB. Le vote de turcs est obligatoire, sous peine d'amende (ne pas ommettre le fichage de l'ensemble de la population turque, mis en place sur ordre d'Erdogan en amont du "coup d'Etat")

et rien, ni éducation ni aucune éducation démocratique ne change ce qui est le ressort des supporters d'Erdogan que les turcs ont (à la courte paille) promulgué l'homme fort du redressement turc

même si celui-ci et sa famille sont aussi pro-charia que corrompus.

Pour nous, l'important est de comprendre que nous ne pouvons pas changer ces ressorts. Ce problème est commun dans tous pays européens, face aux communautés de migrants balkanais et moyen-orientaux venus pour s'installer grâce à leurs "cousins" pour y "vivre plus facilement".

Ces turcs pro Erdogan installés chez nous et ailleurs (idem d'autres communautés issues des balkans), restent ancrés dans leurs liens & dettes "au pays", un peu trop collés dans leurs business aux intérêts criminels liés à ceux de trafiquants de tous types, dépendants de maffias, baignant dans toutes corruptions & sous chantages.

Que la situation s'éclaircisse, finissons-on en au plus vite avec ces faux-semblants de tractations UE-migrants-Erdogan

Pour rappel, il y a très peu, notre présidente & élus à Berne ont signé dare-dare un traité bilatéral avec Erdogan, engageant la Suisse à délivrer tous visas d'entrée facilités aux turcs, tout le toutim de facilitations commerciales et une sacrée bonne coopération de dév /sauf que financée par contribuables suisses, etc etc, sans autre contre-partie (me semble-t-il)

Écrit par : divergente | 17/04/2017

Idem (qu'à Gve) en Allemagne, à l'écoeurement de l'opposition turque, où une majorité de la diaspora a plébiscité (ce que je craignais hier après-midi) l'autocratie d'Erdogan

Les partis n'ont pas tardé à réagir, tous (sauf SPD) avancent le même next step: exigence du retrait de la candidature d'entrée dans l'UE de la Turquie

en attendant que le reste des conséquences s'affiche en n/b: renégo des accords "UE" Merkel-Erdogan, chantages erdoganiens tous azimuts-toutes versions confondues, au prix du rejet des 2 millions de migrants syriens que les turcs ne supportent plus sur leur sol.

cf détails sur la Süddeutsche du jour:
http://www.sueddeutsche.de/politik/referendum-in-der-tuerkei-merkel-erwartet-von-erdoan-dialogbereitschaft-1.3465860

Écrit par : divergente | 17/04/2017

Genève inaugure la prière en public en organisant une service religieux protestant aux Bains des Pâquis. Je rappelle que c'est la place de la Navigation que des musulmans ont récemment accaparée pour leur prières du vendredi, et que cela a provoqué pas mal de remous et de protestations dans la République. Je ne peux pas m'empêcher de penser que la manifestation des Bains fait partie d'une seconde offensive pour rendre ce genre de manifestation acceptable et que nous n'allons par tarder à voir un imam aux Bains des Pâquis.
L'avenir (proche ou lointain) me donnera tort (je l'espère) ou raison (je le crains). Dans le second cas, j'interrogerai ma conscience pour y détecter une éventuelle tendance à embrasser une "théorie du complot" dans le cas particulier.

Écrit par : Mère-Grand | 17/04/2017

Les commentaires sont fermés.