08/02/2018

Macron, Napoléon; deux hommes pressés mais pas encore arrivés.

La Corse fut le berceau d'un empereur et pourrait bien être le tombeau d'un autre. C'est de cette île que le premier est parti à la conquête de Europe et peut être sera ce sur cette même île que le second trébuchera. Le TGV ne va toujours pas jusqu'à Bastia , ni jusqu'à Moscou d'ailleurs. Si Bonaparte inspirait à ses troupes un sentiment d'appartenance, Macron transpire la suffisance. 

Napoléon savait parler aux grognards alors que Macron ne fait que grogner au parloir. La Corse reste la Corse, un pays montagneux fier de ses origines et qui veut garder sa souveraineté. Comme la Suisse d'ailleurs.

09:11 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Joliment exprimé! Merci!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14/02/2018

Les commentaires sont fermés.