allondon

15/03/2017

R.S.R. l'objectivité faite média.

Au téléjournal de ce soir on nous présente un soldat qui après avoir décidé d'être incorporé aux grenadiers de la police militaire et avoir effectué son premier cours de répet. décide de demander son incorporation au service civil. Motif : les cours de répet. sont des fabriques d'alcooliques et ne servent à rien. Selon lui l'armée doit s'adapter aux besoins sociaux de la population et non pas obliger les appelés à porter une arme.

Sans rire, si ça s’appelle l'armée c'est bien parce qu'on y utilise des armes et si on y utilise des armes c'est pour défendre le pays et si on défend le pays c'est pour ne pas avoir à enterrer des morts  soigner des blessés et devoirs se soumettre aux armes des autres.

J'ai moi même été grenadier à une époque ou ce n'était pas le soldat qui choisissait sa mission et malgré cela je suis fier et reconnaissant à mon pays de m'avoir permis d'être capable de le défendre et de pouvoir partager des moments de franche camaraderie.

C'est dans la douleur de l'effort que l'on trouve la force de se surpasser. Nos jeunes ne veulent plus souffrir plus être contraint  plus devoir rendre des comptes plus servir en somme. Ils veulent être servis, ils ne savent pas que l'indépendance se gagne, qu'elle n'est pas un dû et que comme le souhaite l'ex soldat interviewé pour pouvoir donner aux autres il faut d’abord être respecté par les autres. L'armée sert à faire respecter le pays. Un pays sans armée c'est comme un corps humain sans système immunitaire. Les pays qui n'en disposait pas en ont fait la triste expérience lors de la dernière guerre mondiale.

La T.S.R. œuvre comme à l’accoutumé pour démolir l'armée. l'idéologie du grand média n'est plus un secret pour personne.

Si ce monsieur ne veut pas boire d'alcool c'est son droit personne ne l'y oblige, l'armée ne donne pas d'alcool à ses soldats, c'est pendant leurs heures de loisirs que certains incorporés consomment.

Au nomment ou plusieurs pays européens projettent de rendre à nouveau obligatoire le service militaire et que la menace d'une guerre mondiale idéologique se précise, la T.S.R fait preuve d'un manque d'objectivité  en décidant par un reportage tendancieux de discréditer notre armée.

Mais rassurons nous car on peut être certain qu'en cas de conflit nos chers journaliste viendront nous défendre avec leurs micros et leurs caméras face aux kalachnikovs de nos ennemis qui malheureusement pour eux n'y connaissent rien en service civil.

 

12/03/2017

La binationalité c'est le risque de trahir.

S'il fallait un exemple tangible de ce que la binationalité peut engendre comme problème c'est fait. Imaginons que l'Europe entre en conflit ouvert avec un pays d’où sont originaires les communautés installées en Europe et dont les membres se comptent par millions. Qu'elle serait l’attitude de ses communautés face à la politique souveraine de leur pays d'accueil ? Ce que vivent plusieurs pays européens dans leurs relations avec la Turquie nous le laisse présager. Cessons de croire à une intégration qui ne demande  aux nouveaux venus de choisir quel pays ils veulent aimer et servir.

La binationalité c'est le risque de voir certains pays à forte immigration se déchirer irrémédiablement.

 

 

03/03/2017

Merkel: Fin de la lune de miel !

La chancelière me fait penser à ses allemandes sur l'âge qui vont chercher leur bonheur en des lieux ou les rêves deviennent réalité moyennant quelque concessions.

L'économie allemande pour assouvir ses besoins en main d'oeuvre s'est rendue dépendante d'une migration qui ne se contente plus de remplir les services qu'on attendait d'elle mais qui veut fixer les conditions de l'union matrimoniale.

Le réveil est amer pour la Dame au grand cœur qui croyait pouvoir garder le contrôle. Dans sa propre maison on vient lui dire ce qu'elle doit faire. La patronne fait semblant de ne pas comprendre ce que lui demande le Caïd de plus en plus exigeant, prétextant que ce n'est pas elle qui ne veut plus elle cherche des excuses mais personne n'est dupe.

Voilà ce que c'est que de perdre la tête. La raison devrait toujours présider aux décisions des chefs d'Etats, le cœur étant réservé aux amants en l’occurrence éconduits.

Le meilleur des amants sera toujours plus attaché à sa mère qu'a sa conquête, surtout si elle ont le même âge.