08/02/2018

Macron, Napoléon; deux hommes pressés mais pas encore arrivés.

La Corse fut le berceau d'un empereur et pourrait bien être le tombeau d'un autre. C'est de cette île que le premier est parti à la conquête de Europe et peut être sera ce sur cette même île que le second trébuchera. Le TGV ne va toujours pas jusqu'à Bastia , ni jusqu'à Moscou d'ailleurs. Si Bonaparte inspirait à ses troupes un sentiment d'appartenance, Macron transpire la suffisance. 

Napoléon savait parler aux grognards alors que Macron ne fait que grogner au parloir. La Corse reste la Corse, un pays montagneux fier de ses origines et qui veut garder sa souveraineté. Comme la Suisse d'ailleurs.

05/02/2018

Répons à Monsieur Vieillard.

C'est pas des amis que vous venez chercher à Genève, c'est du pognon. L'amitié ça ce négocie pas comme diraient les guyanais qui à l'inverse de leurs compatriotes qui habitent la Haute Savoie, département le plus riche après l'Ile de France, survivent dans le plus pauvre. Genève vaut bien Ariane ?

17/01/2018

La fin du sexisme "Alléluia"

Partout on entend que le sexisme doit disparaître. Pour certains c'est même les sexes qui ne doivent plus avoir droit de citer pour laisser place à rien. Plus de femmes, plus d'hommes , plus que des êtres avec des orientations diverses. On dénonce les porcs on supprime les images montrant des corps de femmes mais pas celles des hommes, étrange. On oblige à des cotas pour les femmes mais pas pour les hommes, étrange. Pendant ce temps les salafistes s'en donnent à cœur joie, interdisant les cafés aux femmes, de leur serrer la main, les obligent à se cacher sous des habits à vivre selon leurs règles. Où sont les féministes qui veulent voir disparaître l'homme que disent elles à ces messieurs de plus en plus présent dans nos sociétés qui les relèguent au rang de bétail. Le jour est proche ou elles appelleront au secours les hommes qu’elles auront relégué au rang d'asexués pour défendre ce qui restera de libertés aux femmes, mais restera-t-il encore des spéciMENs capables?